Le Monitor est un boitier bleu que l’on peut apercevoir dans les parcelles agricoles. Il est fixé à un poteau et relié à 6 sondes Watermark installées dans le sol.
Les sondes Watermark permettent de lire les tensions du sol. La tension en eau du sol traduit la disponibilité en eau pour les plantes. Le Monitor enregistre, affiche et peut transmettre les données sur ordinateur.

Une lecture directe au champ

Le Monitor s’ouvre facilement grâce à deux clips sur son coté. Un bouton central permet de naviguer dans les affichages.
Les données consultables sur l’afficheur numérique permettent dans un premier temps de différencier les boitiers les uns des autres avec un nom spécifique (par exemple un nom de parcelle ou de variété).


Ensuite l’afficheur donne les valeurs des sondes reliées au Monitor. Celle-ci sont interrogées en direct lorsque que l’on fait défiler les écrans. C’est donc les données du moment qui sont affichées.
D’abord, on peut lire les données de la température du sol. Cette donnée permet au Monitor de recalibrer automatiquement la mesure électrique de tension du sol.


Ensuite, les sondes Watermark numérotées de 1 à 6 sont mesurées et affichés.
Puis si le Monitor en est équipé, une température de l’air est mesurée.

Cette mesure directe permet aux gens sur le terrain de vérifier en temps réel l’état hydrique de leur sol. On voit si le sol est très humide, moyennement humide ou s’il commence à sécher.
L’outil affiche les données des sondes mais permet également un enregistrement.

Un enregistrement des données

L’enregistrement des données est primordial quand on veut pouvoir prendre du recul sur les mesures. Que ce soit pour programmer son prochain arrosage ou pour faire un bilan de la saison.
Une seule mesure de tension a peu de signification. C’est le suivi de l’évolution des données qui permet une véritable information sur la situation.


Le Monitor est programmable afin d’enregistrer à un pas de temps donné. Souvent on choisit un enregistrement toutes les 4h ou toutes les 6h. Les tensions d’un sol n’évoluent généralement pas plus vite que cela.
En effet la tension augmente rarement plus de 20 centibars par jour. On comprendra aisément qu’une mesure toutes les 4h est suffisante. Cela fait 6 mesures par jour.


Les données sont enregistrées sur l’appareil sous forme de fichier CSV (format excel). Les capacités de l’appareil sont de plusieurs années de mesure, mais il est préférable de télécharger les données au moins une fois par an.
La nouvelle gamme de Monitor fait ses enregistrements sur carte mémoire micro SD, ce qui permet de laisser l’ordinateur au bureau.

Mais pourquoi 6 sondes Watermark ?

Le grand intérêt du Monitor est d’enregistrer 6 sondes Watermark. Mais pourquoi un si grand nombre de sondes ? Les sondes Watermark développé dans les années 1980 ont été testées par de nombreux organismes (CTIFL, Société du Canal de Provence, Chambres d’Agriculture etc…). Les expériences étaient basées sur 6 à 8 points de mesures pour des résultats statistiques plus fiables.

L’utilisation de ces capteurs en irrigation agricole a demandé de baisser ce nombre de mesures et il a été défini une méthode de mesure basée sur 3 points de mesures, c’est-à-dire 3 plantes. On va surveiller ce qui se passe dans le sol au niveau des racines de 3 plantes (arbres, ceps, pieds de maïs…). Avec trois points de mesures, il y a toujours deux points qui donnent la même tendance. Si on utilisait qu’un seul point de mesure, on ne saurait pas trop ce que l’on fait et on n’aurait pas (ou peu) de représentativité.

En agriculture il s’est révélé important d’avoir deux horizons de mesures. La profondeur et la surface.
La profondeur étant en général entre 40 60 cm et la surface entre 15 et 30 cm. En surface on surveille les racines principales et en profondeur on scrute la réserve d’eau du sol.
C’est pourquoi aujourd’hui les « pack de sondes » se composent de trois points de mesures avec 3 sondes en profondeur et 3 sondes en surfaces (voir le schéma ci-dessous).

Lire l’article très interressant de Carole Isbérie paru dans la revue IRRIGAZETTE de mai/juin 2018

 

L’étude du graphe

L’ensemble des données récoltées sur le Monitor pendant un période donnée peuvent être ensuite tracées sous forme de graphique. Ce graphique se trace via un logiciel ou un serveur récoltant les données à distance.

Ce graphique peut présenter l’ensemble des sondes ou on peut choisir de regarder uniquement les médianes. Le graphique permet de visualiser l’évolution des tensions dans le sol. Les valeurs absolues ne donnent pas la dynamique des tensions. Le graphe répond aux questions cruciales : à quelle vitesse sèche mon sol ? Dans combien de jours vais-je devoir arroser ? La dose d’eau apportée est-elle la bonne ?

Graphique des médianes:

Graphique des 6 sondes Watermark:

Conclusion

Les Monitors sont des outils adaptables à différentes situations pour mesurer le fonctionnement hydrique d’un sol. De nouveaux capteurs peuvent aujourd’hui être ajoutés aux sondes Watermark comme un pluviomètre et un compteur d’eau, ce qui renforce l’aide à la décision pour l’irrigation.

Le suivi à distance des données a pu être mis en route depuis 2008 avec l’envoi des données via GPRS et renforcé en 2015 avec la nouvelle gamme de Monitor R2DX. Il ouvre de nouvelles perspectives pour la prévision et l’anticipation des irrigations.

 

Etienne, Technicien-conseil, Agroressources